Mon beau mois d’août 4. Patatipatata … Une vipère et un vieux serpent de mer …

Posted on août 17, 2011

5


 » Mon sombre amour d’orange amère
Ma chanson d’écluse et de vent
Mon quartier d’ombre où vient rêvant
Mourir la mer  (…) Louis Aragon, la Chanson noire, Elsa 1959 …

On ne peut même plus rêver tranquille devant son verre ! … De grands cris montent de la rue ! … 

Les vipères et les serpents de mer

A Sarkofrance , on entend que Sarkozy et Merkel ont inventé le gouvernement économique de la zone euro, mais seulement deux jours par an ! … et que les 17 membres de la zone euro, adopterons « la règle d’or » avant la fin de l’été 2012 !

Et cependant, le pire cadeau que l’on puisse faire à ses adversaires politiques, n’est-il pas de les faire passer pour de systématiques crétins … d’inciter, ce faisant,  les citoyens à hausser les épaules et à s’en retourner vaquer, derechef,  à des préoccupations plus sérieuses ? Ainsi les mauvais coups peuvent-ils être préparés dans l’incrédulité générale. 

Qu’on ne s’y trompe pas : Monsieur Juppé qui est loin d’être un imbécile, est lui, très satisfait des mesures annoncées par le duo Merkel-Sarkozy ! 

Rattrapez donc les citoyens par le maillot, l’heure est plus grave qu’il n’y parait … d’abord, il faut comprendre cette histoire de dettes qu’ils n’ont en aucun cas creusée, malgré tout ce qu’on leur chante pour les culpabiliser : help par ici !

L’accord franco-allemand parait alors sous un autre jour : L’adoption d’une règle de taxation sur le modèle « Taxe Tobin » … mais c’est la gauche qui réclamait ça ! … Opération coup de bluf, coup « ouverture à gauche », coup  » politique unique = parti unique  » … on a déjà entendu ça quelque part … Les régimes anti-démocratiques commencent toujours par ces confusions …

Cependant, depuis longtemps, on sait que la  Taxe TOBIN est un instrument inadapté à la taille et à la situation actuelle des marchés : TOBIN lui-même a pris du recul sur sa proposition qui date de 30 ans ! … La taxation des transactions financières, telle quelle, c’est un vieux serpent de mer ! … Il nous est jeté en pâture, à nous et aux bourses du monde entier … Les marchés sont rassurés sur l’essentiel : ils ne seront pas vraiment taxés. Ils continuent cependant de « chouiner » mettant la pression sur les gouvernements européens, jusqu’à ce qu’ils aient obtenu, « l’apurement  des dettes souveraines » dont ils sont entièrement responsables, par une réduction de tous les budgets sociaux et la suppression des services publics dont les activités vont tomber dans le secteur marchand (alors que le Traité de Rome lui-même les préservait).

Chez Elmone  sur son blog, « Je n’ai rien à dire, et alors ? » … je trouve quelques éléments pour tempérer la dérision de Sarkofrance : oui, quelque chose de désagréable se mijote au niveau européen : Nicolas DUPONT-AIGNANT est pour moi, un adversaire très respecté qui a la vertu d’être compétent : dans « Debout la République » il attirait sur ce point notre attention depuis déjà pas mal de temps :

 » Sans parler,  bien sûr, écrivait-il, du problème démocratique évident : d’où ce gouvernement économique européen pourrait-il tirer sa légitimité ? Il est bien évident qu’après les précédents de 2005 en France et aux Pays-Bas, et de 2008 en Irlande, les gouvernements européens ne se risqueront pas à de nouveaux référendums, perdus d’avance, et n’auraient alors comme seule alternative que le passage en force parlementaire. Mais ce serait la fin de la démocratie… »

Ainsi, son billet était-il prémonitoire : le duo Merkel-Sarkozy a osé, hier, balayer d’un revers de main, toute idée de consultation démocratique sur un changement très important : il décide, il fait, il choisit, il ne consulte que lui-même pour créer une nouvelle institution qu’il entend voir investir de pouvoirs souverains : Ceci sans débat démocratique d’aucune sorte, sans décision légalement prise qui suppose d’ailleurs une révision de la Constitution.

En France, les décisions budgétaires sont de la compétence exclusive du Parlement français : art. 34 de la Constitution. Est-ce  possible de passer en force, de la sorte ? 

Qu’est-ce que c’est que la zone euro ? Est-ce une institution ? Une institution qui pourrait avoir un Président ? … Voici la définition de l’INSEE :  La zone euro (ou Union économique et monétaire – UEM) est l’ensemble géographique constitué par les 17 pays de l’Union européenne qui ont adopté l’euro comme monnaie nationale. Plusieurs critères sont nécessaires pour rejoindre la zone euro : il s’agit des critères de convergence du traité de Maastricht.  La zone euro a été créée en 1999 par 11 des 15 pays que l’UE comptait alors, rejoints par la Grèce en 2001, la Slovénie en 2007, Chypre et Malte en 2008, la Slovaquie en 2009 et l’Estonie en 2011. La Suède et le Danemark ont décidé lors de référendums qu’ils n’adoptaient pas l’euro pour l’instant ; le Royaume-Uni ne participe pas à la monnaie unique. Les 17 États membres constituant la zone euro sont : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, Chypre, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, le Portugal, la Slovaquie et la Slovénie.

La zone euro n’est donc pas une « institution européenne » qui puisse avoir un Président : il faudrait que les Etats Membres qui ont des peuples souverains, soient d’accord pour transformer un simple accord monétaire qui est une « Convention internationale  » en  » organisation internationale gouvernementale » c’est à dire en « association » entre Etats qui aurait pour objet de définir une politique économique commune à tous les Etats : les peuples des Etats membres souhaitent-ils que leurs pouvoirs économiques soient transférés à une organisation internationale ? 

Si tel était le cas, cette organisation devrait se voir doter, par Traité, d’un statut, d’organes décisionnels, d’organes d’exécution, d’organes de contrôle, de règles de fonctionnement démocratiques, d’un budget !  

De qui se moque-t-on ? L’accord franco-allemand apparait donc soit comme un  « coup de bluf, soit comme un « coup d’état » ! … Je redoute le « coup d’état » : ce ne serait pas le premier.

De plus fort, si c’est possible,  … voyons l’histoire de la « règle d’or  » … Le Parlement réuni en Congrès ne voterait pas cette nouvelle révision constitutionnelle, surtout qu’elle touche au  » domaine de la loi » de l’article 34  de la Constitution … La majorité présidentielle s’est désagrégée … Qu’à cela ne tienne ! … L’accord franco-allemand prévoit que « la règle d’or » sera adoptée par les 17, avant la fin de l’été 2012 ! … C’est à dire que pour passer outre la résistance des institutions politiques françaises et pourquoi pas celle des Parlements d’autres Etats membres, le Conseil de l’Europe pourrait adopter avant la fin de l’été 2012, un joli petit Règlement ! … Il sera, comme tous les règlements, d’application immédiate ! … Le conseil constitutionnel qui est beaucoup moins indépendant à l’égard du pouvoir politique en place, du fait de sa composition, que le Conseil d’Etat ou la Cour des Comptes, ne manquerait alors peut-être pas, de trouver des arguments pour justifier a postériori  la conformité du Règlement à la Constitution ! …

Est-ce qu’on ne marche pas sur la tête ? Sur la tête de l’incrédulité des observateurs, sur la tête des citoyens, de leur peur, de leur impuissance à maitriser les mécanismes européens, de leur  lassitude, de leur solitude : les citoyens sont confrontés à des difficultés économiques graves, ils sont dépassés par la technicité et  la perversité des débats qui ont lieu … ils sont dépouillés de leurs prérogatives et de leur pouvoir de contestation. Or, les outils européens présentent un déficit démocratique qui n’est un secret pour personne  : dès 2001, la Déclaration de Laeken en prenait acte,  même timidement.   

Je crains bien, ami de chez Sarkofrance, que l’histoire du Président pour la zone euro et l’adoption de la règle d’or  » par les 17 « , c’est à dire par l’Europe,  ne soient pas un serpent de mer qui fasse bien rire ! … C’est une vipère ! … On aurait tort d’en rigoler ! …

Publicités
Posted in: Uncategorized