« Humm … Appelez-moi Dieu ! … »

Posted on octobre 12, 2011

12


J’aime cette image, car sur le « faisceau de licteur », on voit perché le bonnet phrygien porté par les « sans culottes » …

Le bonnet symbolise la souveraineté populaire.

Le faisceau du licteur était porté par les licteurs, c’est à dire les « exécuteurs » romains, chargés de faire exécuter les jugements et les lois. Il est  constitué de plusieurs verges faites pour frapper, enroulées autour d’une hache, faite pour trancher, voire décapiter …

La souveraineté du roi a été transféré par la Révolution, au peuple : elle est « une et indivisible » : si la souveraineté appartient au peuple (Art. 3 de notre Constitution), chacun de nous est en réalité, le souverain tout entier : nous n’avons pas chacun un petit bout de souveraineté, sans quoi nous nous battrions pour savoir qui en a le plus grand bout … comme se battent les « communautés » au Liban ou les tribus en Afghanistan …

Pour que cela ne soit pas possible, la souveraineté est « indivisible » …

La souveraineté comprend trois attributs :

1. Le pouvoir de faire loi.

Dans notre démocratie, la loi assure (Constitution),  la primauté de la personne humaine, elle interdit (droit pénal édictant des interdits et des obligations et la sanction, avec son quantum, de leur violation) qu’il  soit porté atteinte à son corps, sa personnalité, ses droits; la loi garantit (en instituant une autorité judiciaire), les droits et libertés individuels.

2. Le pouvoir de juger :

Puisque la loi qui émane du peuple, garantit les droits et libertés individuels, le peuple souverain délègue à l’autorité judiciaire son pouvoir de juger : c’est pourquoi les jugements sont rendus « au nom du peuple français ».

3. Le pouvoir d’exécuter les lois et les jugements rendus au nom du peuple français : c’est pourquoi, comme au temps des romains et avec le même emblême – le faisceau du licteur – le peuple délègue son pouvoir d’exécution à un pouvoir exécutif : en droit français, à un pouvoir exécutif « bicéphale » : le gouvernement et le Président de la République.

N’oublions pas que le peuple de France s’est senti trahi, depuis 50 ans, par une pratique constitutionnelle qui s’écarte de la lettre de la Constitution et place le peuple représenté par les députés et les sénateurs composant le « Parlement », dans la situation d’un enfant  mineur ou d’un incapable majeur » : On lui serine qu’il est une personne à part entière : il a une « capacité de jouissance » mais il ne peut pas exercer ses droits tout seul : il ne dispose pas de la capacité d’exercice !

Ainsi en est-il de la pratique institutionnelle actuelle. L’objet d’une constitution, c’est d’organiser la séparation et l’équilibre des pouvoirs et de garantir les libertés individuelles (Art. 16 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen).

Le Président de la République n’est pas un « roi » élu ! … Il ne doit pas pouvoir « faire » ceci ou cela, ni se permettre de faire des promesses ! … C’est le gouvernement qui conduit la politique de la nation et non le Président de la République. C’est devant le Parlement que le Gouvernement est responsable et non devant le Président de la République.

Ne l’oublions pas. N’oublions pas que le faisceau du licteur doit rester surmonté par le bonnet phrygien ! …

N’oublions pas que les français déçus ont applaudi quand un humoriste a fait dire à la marionnette de « tonton » … « Appelez-moi dieu ! …  » et qu’ils ont derechef élu un Président de droite, par dépit ! … et fol espoir ! …

Ne croyons pas que seule la jeunesse est capable de « suicide social » (Cf évènements de novembre 2005) … Exigeons que notre candidat pour la présidentielle de 2012, ne se prenne pas pour dieu ! … Le peuple pourrait protester par un vote suicidaire ! …

Chez Nicolas, et Yann Savidan  plein de billets pertinents qui permettent de prendre ses responsabilités, en évitant de se tromper sur le sens de son vote.

Publicités
Posted in: Uncategorized