Droits de l’Homme, droits des femmes ….

Posted on mars 6, 2012

2


Camille Claudel par Rodin ... Sculpture prémonitoire de femme emmurée ...

C’est le moment avant tout de penser à ces millions de femmes sur la Terre privées de leur liberté, de leur dignité, et finalement de leur humanité, par des régimes qui les empêchent de vivre. En 2012, il y a des pays où les femmes n’ont pas le droit de s’instruire ni même de se soigner. Il y en a d’autres où les « femmes adultères » sont punies de lapidation. C’est à ces femmes outragées que je pense d’abord, fraternellement.

Mais ce 8 mars est aussi, à notre échelle, l’occasion de nous tourner vers les femmes de France, de faire le point sur leurs droits acquis, et sur ceux, si nombreux, qui leur restent à conquérir.

Commençons par une triste évidence : les femmes, qui constituent la moitié de la population française, sont très loin d’occuper la moitié des postes de responsabilité. C’est tout particulièrement vrai du monde politique, ce qui est inacceptable puisque les autorités politiques n’ont pas d’autre légitimité que d’être les représentants du peuple. Et comment prétendre représenter une population en restant si éloigné de sa réalité ? Il y a plus de dix ans, le gouvernement de Lionel Jospin avait institué la parité. Ce principe est encore loin d’être appliqué, et c’est en partant de ce simple constat que François Hollande a annoncé deux changements fondamentaux. Le premier, c’est, s’il est élu, de donner à la République un gouvernement strictement paritaire (le président sortant s’y était engagé, mais il aura trahi cette promesse là comme toutes les autres). Et le deuxième changement, c’est de faire respecter la parité dans les candidatures aux législatives, en supprimant, purement et simplement, toutes les subventions publiques accordées aux partis qui ne respecteraient pas cette obligation. (NB : François Hollande a vraiment dit cela, la semaine dernière en recevant des associations féministes à son local de campagne, et aujourd’hui sur le site « aufeminin.com »).

Il revient donc à la représentation politique de donner l’exemple. Mais cela ne suffit pas, car c’est la société tout entière qui doit enfin rendre justice aux femmes. Notamment sur un sujet, dont François Hollande a fait un axe central de son projet : l’égalité salariale. Il n’est pas possible de se résigner à une situation où les femmes gagnent 27% de moins que les hommes, et l’écart reste de 20% à postes équivalents. La loi existe, au nom de quoi acceptons-nous qu’elle ne soit pas appliquée ? Si les Français choisissent l’alternance, les grandes entreprises auront un an, pas davantage, pour mettre en œuvre cette obligation. Et si au bout d’un an les femmes, à compétences et responsabilités égales, continuent d’être moins bien rémunérées que leurs collègues hommes, l’Etat ne versera plus aucune aide aux entreprises concernées. La puissance publique jouera son rôle, qui est de garantir la justice, et de faire exécuter la loi.

Mais bien entendu l’égalité n’est pas simplement une question d’argent. C’est aussi… une question de temps. Le contrôle par les femmes de leur propre temps est un enjeu de société décisif. C’est pourquoi le repos du dimanche doit redevenir un principe majeur, fondamental, auquel il ne pourra être porté atteinte que par exception- car les femmes sont les premières victimes des entorses faites à ce principe. Dans le même esprit, un investissement important devra être consenti pour la petite enfance : les femmes qui ne peuvent pas faire garder leurs enfants ne sont pas autonomes- et je pense en particulier aux familles monoparentales, dans lesquelles le « monoparent » est, neuf fois sur dix, la mère.

Etre indépendante financièrement, contrôler son propre temps… Il y a une autre condition à la liberté des femmes : qu’elles soient les maîtres de leur corps. Sur ce point, après tant de reculs ces dernières années, après la fermeture de centres d’IVG victimes de la logique comptable et inéquitable du pouvoir actuel, François Hollande a pris un engagement clair : chaque centre hospitalier sera doté d’un centre d’IVG. Ce sera une étape, une de plus, vers l’égalité réelle.

Je souhaite que ce 8 mars 2012 annonce, pour les femmes de France, un nouveau printemps, et l’imminence d’un temps où elles seront mieux comprises, mieux entendues, mieux respectées. Et je forme le voeu que, partout dans le monde, s’impose enfin une idée : les droits de l’Homme n’existent que s’ils sont aussi les droits des femmes.

Bertrand Delanoë

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités
Posted in: Uncategorized