Il y a des jours dont la pureté même est comme une injustice …

Posted on septembre 29, 2012

8


Il y a des jours dont la pureté même est comme une injustice … et seule la beauté, surtout celles des Quatuors à cordes de Schubert, nous console …

Hippolyte Ludo  dont les sculptures bougent  et qui expose souvent à la Villa DATRIS  m’avait offert ce poème :

C’est Aile qu’on appelle le passeur de berges,

qui réconcilie les contraires et qui, de chacun de nos jours,

chevauche le vent,

avec pour semences des cercles où sourdre,

sève dans la pâture des météores

Vole mouette ! Mon coeur est falaises où nicher

Avec leurs yeux de craie j’écrirai ton touché

J’ancrerai la parole à tes enfances de pivoine

Dans le carmin des lèvres

Ou les blancheurs opalescentes

Les pourpres éclaboussés

C’est Aile qui habite les marelles ……….

A Creative Mint

Pivoines by Leslie

Publicités
Posted in: Uncategorized