Sur l’opportunité de réformes constitutionnelles et en réponse à Nicolas

Posted on avril 12, 2013

6


Merci Nicolas !
Que tu me cites dans ton billet « Le cri du Peuple qu’on n’entend pas  » m’honore vraiment ! T’es trop un ange ! Merci.

Sur une nouvelle constitution : pas le tout d’en gribouiller les contours, encore faudrait-il trouver une majorité du Congrès du Parlement,pour adopter une loi de révision permettant de désigner une assemblée constituante …,Je crois que les français, contrairement à ce que remâche une certaine presse, sont convaincus que François Hollande et le Gvt de JM AYRAULT sont focalisés sur le redressement économique de la France et notre sortie de l’endettement massif !…et qu’on a autre chose à faire que tripoter les institutions. On n’est pas en 1789 : il n’y a pas de consensus là-dessus, juste Méluche qui vocifère : c’est quand même un monde qu’il ait ce cynisme, alors que sur son propre fief, où il a été deux décennies maire adjoint, le résultat du FDG aux dernières législatives a été catastrophique !

Même ceux qui, à l’extrême gauche, nous jettent aux chiens, savent que nous, les socialistes, nous avons toujours redressé les comptes et l’économie ! J’espère que nous saurons faire progresser le niveau de compréhension des français, afin qu’ils ne cèdent pas aux chants faciles des sirènes qui profitent de la croissance que nous ramenons et incitent les électeurs, par des promesses démagogiques qui ne seront pas tenues, à ne se souvenir que des sacrifices et des efforts et à mordre la main qui les a conduits au mieux être !

Sur l’élection du président de la République au suffrage universel : je conteste formellement l’interprétation que tu retranscris en rouge, au début de ta note, relative à la révision constitutionnelle de 1962 (élection présidentielle au suffrage universel), aux motivations prêtées au Général de Gaulle :
Il faut, selon moi, se reporter aux faits, rien qu’aux faits :
– 8 janvier 1961 : OUI à 75% au réferendum pour l’autodétermination en Algérie
– 21 avril 1961 putch des généraux à Alger
– Pourparlers pour la Paix et l’autodétermination en panne. Situation « insurrectionnelle » en Algérie, attentat les uns après les autres en France
– 17 octobre 1961 : Manifestation des algériens à Paris pour la reprise des négociations avec le FLN pour laPaix en Algérie et l’Indépendance. De Gaulle « donne du mou » comme on dit en escalade, à l’extrême droite et permet au Préfet Papon et au Ministre de l’Intérieur de mâter les manifestants.Les manifestants seront par centaines tués (200 jetés dans la Seine,un grand nombre pendus au Bois de Boulogne, des dizaines et des dizaines de crânes fracturés à coups de matraque sur des gens serrés contre les autres et couchés sur le sol du petit Dépôt au Palais de Justice de Paris
– Vagues d’attentats en France
– 7 février 1962 : attentat contre l’immeuble où demeure André Malraux : il est sauf mais une fillette de moins de deux ans est éborgnée par les éclats de verre.
– 8 février 1962, Manifestation de Charonne qui proteste contre l’ambivalaence du pouvoir à l’égard de l’extrême droite et réclame la réouverture des pourparlers avec le FLN : prendre les manifestants en tenaille et les massacrer a été « programmé » : lire le livre historiographique du fils de Fanny DEWERPE : « Manifestation de Charonne, un crime d’Etat », salué par tous les historiens, quel que soit leur bord.On relèvera neuf morts qui hantent encore les consciences, 50 ans plus tard, comme nous hantent les victimes du 17 octobre 1961.
– Un mois et dix jours plus tard : 18/19 mars signature et application des accords d’Evian.Les assassinés de Charonne ne sont pas morts pour rien.
-26 mars Manifestation des pieds-noirs à Alger, l’armée tire : 80 morts civils français … l’exode des pieds noirs commence
– 20 avril : arrestation de SALAN qui est un mois plus tard, condamné à la prison à vie.
– 6 juin : 2 terroristes OAS sont condamnés à mort et exécutés immédiatement.
… Je te passe une foule d’évènements de l’histoire mouvementée de la vie politique cette année là, pour arriver au
– 22 août attentat (heureusement manqué) du Petit Clamart
– 20 septembre : annonce télévisée d’un référendum sur l’élection présidentielle au suffrage universel
– 5 octobre, motion de censure contre le Gvt Pompidou (la seule qui sera adoptée pendant toute la 5ème République)
– 9 octobre : dissolution de l’assemblée nationale
– 28 octobre : 62% de OUI au référendum sur l’élection présidentielle au suffrage universel (il y a sûrement eu de la triche, mais la majorité était là).
Ce référendum est organisé sur la base de l’art. 11 de la Constitution, sans respect de l’art. 89 sur la révision constitutionnelle qui était inapplicable du fait de la situation quasi insurrectionnelle du pays : relire l’art.89 pour s’en convaincre.
De Gaulle n’aurait pas été réélu Président par le Parlement qui comprenait une majorité de député, de gauche comme de droite, favorable à l’algérie française et meurtrie par la tuerie de la rue d’Isly et celle du Métro Charonne.
Heureusement pour nous, il a eu l’idée de ce tour de passe-passe institutionnel : je suis loin d’être gaulliste mais il a été la solution la moins pire dans une situation de chaos.
Voilà l’histoire : le reste n’est que bla-bla.
imagesCA51IFZ0Il n’y aura pas, à l’heure actuelle de 6ème République : notre cap, c’est le redressement de la France, pas le chaos.
Pardon d’avoir été si longue.
Bz

Publicités
Posted in: Uncategorized