La chose politique, en dehors des blogs et feuilles de chou du jour !

Posted on octobre 27, 2013

6


La blogosphère est souvent consternante ! La pertinence n’y est pas souvent récompensée à sa juste valeur : volée de bois vert, voire de tomates et bal de la rigidité de pensée … Il faut être persévérant pour ne pas taper ses sandales et tourner les talons !

Pourtant, il n’y a pas que le dieu-blog marié au dieu-tweeter qui soit grand : Paris l’est aussi, avec ses grands bras s’ouvrant à nos pérégrinations solitaires et nos mûrissements personnels et s’offrant comme creuset, au métal fondu de nos visions  politiques.

Premier endroit où porter ses pas : le Musée du Quai Branly où s’est ouverte le 16 octobre jusqu’en janvier 2014, l’expo.  » KANAK, l’Art est une Parole « .

stippled-photo-53157641

En 1878, au moment même où elle désigne Ferdinand BUISSON comme Directeur de l’Enseignement Primaire, la 3ème République spolie les Kanak de leurs terres qui sont sacrées et ont des règles coutumières d’administration. Elle écrase la Révolution d’Ataï et crée des réserves pour les « sauvages ».

La rebellion KANAK est racontée par Louise Michel, dans ses Mémoires. Chercher aussi, en Bibliothèque ou sur les portails dédiés aux livres épuisés : « La Nouvelle-Calédonie, vers l’émancipation » d’Alban Bensa

J’ai travaillé sur les particularités du droit de l’urbanisme en Nouvelle Calédonie où la rétrocession des terres spoliées est entreprise, où cohabitent règles coutumières et règles de procédure liées à l’universalisme de l’Etat et où se mesure la complexité du Statut d’autonomie (titre XIII de la Constitution : articles 76 et 77), par rapport à celui de la Polynésie Française où, faute de Réserves, la Culture des Tahitiens s’est quasiment perdue, engendrant une misère profonde, pour de trop nombreux polynésiens.

Cette expo. est un enchantement : pour sortir de ses sentiers battus, de ses idées toutes faites sur la quadrature de la différence culturelle et la différence des droits, il faut y aller, se laisser guider sans juger ni les époques ni les gens … se laisser porter par ces paysages et ces objets somptueux qui sont les mots d’un pays dont on pense trop souvent encore, que c’est un pays d’assistés et de sauvages et que c’est loin, loin …

J’ai ressenti ce que j’avais déjà ressenti lors d’échanges et de voyages : une immense fierté que la Nouvelle Calédonie soit française, une grande affection pour nos histoires tressées de leurs cordelettes en poils de Roussette : oui, là-bas, c’est loin, mais là-bas, c’est la France.

Allez voir cette exposition : C’est au Musée du Quai Branly . [Création de l’Architecte Jean Nouvel que j’adore ! et dont le jardin était hier un paradis sous la pluie battante d’automne : les colonies de canards qui y gèrent leurs affaires dans les roseaux, se fichaient complètement de l’orage ! C’était beau, tout simplement.

J’emprunte à mon ami Frédéric, ses modalités de notation : Ma note : ♥♥♥♥♥/5.

Publicités
Posted in: Uncategorized